Amaigrissement : les facteurs bloquants de la perte de poids

amaigrissement

La perte de poids requiert d’adopter un style de vie particulier. Là-dessus, une bonne motivation et une attitude positive s’imposent comme nécessaire. Suivre à la lettre des astuces minceur minutieusement étudiées est la clef de l’amaigrissement. Si des méthodes d’amaigrissement jugées infaillibles qui ne donnent pas lieu à la perte de poids évidente doivent pousser à la réflexion. Tour d’horizon des facteurs bloquants de la perte de poids.

L’insomnie, l’ennemi de la perte de poids

Parmi les facteurs potentiels empêchant ou ralentissant le processus de l’amaigrissement, l’insomnie se classe en tête de liste. Elle désigne une quantité insuffisante et une mauvaise qualité de sommeil. L’insomnie se décline en plusieurs types, pour ne citer que l’insomnie psychophysiologique, l’insomnie aiguë, l’insomnie idiopathique, etc.

Quel que soit le type d’insomnie à laquelle on est sujet, l’on doit toujours s’attendre à gagner en surpoids. L’insomnie est même souvent responsable de l’obésité. Pour remédier à ce problème, il faut consulter un médecin. Celui-ci prescrit des somnifères. L’idéal est de consulter un psy, surtout lorsque l’insomnie émane des chocs psychologiques et/ou émotionnels. Les somnifères, leur prise constante génère une maladie cardiaque.

Elles finissent par ne plus être efficaces. Les somnifères font l’objet d’une solution provisoire et ne remédient qu’à l’insomnie à proprement parler, c’est-à-dire les symptômes de celle-ci. Il est donc judicieux de s’attaquer aux causes de l’insomnie : stress, anxiété, etc.

 

Certaines maladies, facteurs compliquant l’amaigrissement

La prise de poids provient parfois de certaines maladies, bénignes comme malignes. Si l’on ne parvient pas à mincir avec les astuces minceur qu’on estime efficaces, on doit se rendre compte que certaines infections gagnent du terrain dans l’organisme. L’hypothyroïdie est pointée du doigt comme l’une des maladies responsables de la prise de poids. L’autre maladie susceptible d’empêcher l’amaigrissement, c’est le diabète de type 2.

La maladie de Crohn figure au palmarès des maladies qui engendrent une prise excessive de poids. Les maladies sexuellement transmissibles comme la syphilis et le sida elles aussi donnent lieu à une surcharge pondérale. Un excès de poids peut provenir des troubles bipolaires. Ceux-ci nécessitent de suivre des traitements médicamenteux particuliers, et ces traitements accentuent la soif des boissons sucrées.

Reste à savoir que les boissons sucrées déclenchent une prise de poids. La maladie de Parkinson, la tumeur de l’hypophyse, le syndrome de Cushing, l’arthrite, le cancer du foie, toutes ces maladies ruinent les efforts pour perdre du poids.

La prise de certains médicaments

Il existe des traitements médicamenteux qui font maigrir. Il est à noter que la grande majorité des médicaments font grossir. Les personnes sujettes au stress lié au travail prennent souvent des antidépresseurs. Les antidépresseurs les plus efficaces et les plus prisés sont la duloxetine, la paroxétine, la fluvoxamine, l’amitriptuline, la venlafaxine.

Ces antidépresseurs donnent lieu à une perte de masse musculaire et incitent l’organisme à stocker des graisses. Glimepiride, gliclazide, tolbutamide, sitagliptine, natéglinide… ceux-ci sont des médicaments antidiabétiques font l’objet d’un excès pondéral.

Les autres types de médicaments responsables de la prise de poids sont : les antipsychotiques, les antiépileptiques, les somnifères. Les hypotenseurs, les neuroleptiques, la pilule contraceptive et les antihistaminiques aussi sont des mauvais médicaments pour l’amaigrissement.

 

Une sédentarité prolongée, un facteur potentiel de la prise de poids

Parmi les facteurs qui ralentissent ou compliquent le processus de l’amaigrissement, la sédentarité est la plus connue. Elle se définit par le fait de ne pas bouger pendant une très longue durée. Elle nuit à la santé. La lombalgie est l’une des graves maladies procurées par l’inactivité. Le diabète de type 2 est susceptible de survenir à cause de la sédentarité.

Une sédentarité prononcée complique non seulement la perte de poids mais peut même parfois faire l’objet d’une obésité morbide. La sédentarité augmente l’IMC. Plus l’IMC augmente, plus on gagne en surpoids ou en obésité. Les personnes travaillant devant les écrans sont les plus sédentaires parmi tant d’autres. La sédentarité est responsable de la perte de masse musculaire. Une perte de masse musculaire accompagnée d’une graisse excédentaire affiche une silhouette de moins en moins attirante.



Laisser un commentaire